Allez, hop! Tout le monde à la piscine!




¤ ¤ ¤ ¤

¤ ¤ ¤ ¤
Le guide du train : prendre son billet
L'ouvrage de survie indispensable
L'équipe du NazeJournal étant toujours prête à relever de nouveaux défis, c'est pour essayer de perser les mystères de la SNCF qu'elle s'active en ce moment. Voici donc un dossier qui se voudra être le mode d'emploi des voyages en train depuis l'achat d'un billet jusqu'à l'achat d'un sandouiche lyophilisé découpé dans un pain de mie caoutchouteux. Peut-être même qu'on vous expliquera comment tirer la chasse aux toilettes...

Enfin pour ce premier volume, il convient de commencer par le début, avant même que l'on ne soit monté dans le train, et peut-être aussi avec même d'être allé à la gare. Vous l'aurez compris, il s'agit bien sûr de réserver sa place. Le départ de notre train était imminent, prenez garde à la fermeture automatique des portières.


Le guide du train
+ Prendre son billet
+ Voyager en TGV


Génèse
Tout voyage en train commence par la première épreuve que constitue la réservation du billet. Et ce n'est pas forcément exagérer que d'utiliser le terme épreuve. La SNCF, bien décidée à nous faire préférer le train a mis à notre disposition plusieurs moyens pour choisir nos heures de départs, d'arrivées, de correspondances, notre place côté fenêtre ou côté couloir, en haut ou en bas, dans le sens de la marche, etc. Et oui, tout un tas de paramètres qu'il nous est désormais possible de maîtriser pour notre confort pendant le trajet [1] mais qui ont plutôt pour effet de nous compliquer la vie à l'achat des places.
Pour vous, le NazeJournal a fait une liste [2] des pièges à éviter.

Le guichet
La SNCF fait partie [3] des quelques rares sociétés toujours à l'agonie sous le nombre croissants de clients. Face à cela, la compagnie de transport utilise la technique du diviser pour mieux régner. Considérons, pour comprendre, une gare donnée, qui dispose des infrastructures suivantes : un guichet Accueil - informations et 10 guichets de réservation de billets. Nous sommes alors dans une gare de petite taille mais pas trop non plus, du genre Brive-la-Gaillarde. En se plaçant en configuration normale d'utilisation, il y a de forte chance que le personnel se répartisse la tâche de la manière suivante. Le guichet Accueil - information a à peu près une chance sur une d'être fermé. Du côté vente de billets, on trouvera cinq guichets "départ dans l'heure" dont deux et demi seulement seront ouvert. Le demi guichetier devant aider sa collègue de droite qui est arrivée la semaine dernière, et qui, par conséquent, ne sais pas encore comment faire pour afficher les horaires des trains qui vont de Marmande à Brienne-le-Chateau en passant par Sable-sur-Sarthe et dans lesquels la place 21 de la voiture 12 est encore disponible [4].
Quoi qu'il en soit, il reste encore cinq guichets à étudier. Deux seront donc attribués aux départs à destination des villes du Limousin [5], un sera pour le reste de la France, le quatrième sera pour l'Europe, et le dernier sera en RTT.

Les guichets de départ dans l'heure sont généralement les plus simple à trouver : ce sont ceux que l'on ne voit pas parce qu'ils sont cachés derrière un attroupement de gens. Et c'est ça qui est bien pensé de la part de la SNCF parce qu'en fait de départ dans l'heure, il faut déjà plus d'une heure pour arriver à son interlocuteur.
Par opposition, les deux guichets pour les trains à destination du Limousin sont toujours vides. En même temps, qui veut aller dans le Limousin ? Puisque les deux guichetiers qui discutent entre eux ne veulent rien délivrer qui sort du Limousin, on trouve en général ici les gens qui voulaient simplement un petit renseignement ou une étiquette pour mettre sur leur valise puisque personne n'était là pour les accueillir au guichet d'accueil.

Au guichet Europe, le guichetier voudrait bien vendre des billets pour la France [6] et il peut arriver que la file d'attente ne soit pas trop longue. Seulement, l'on aura juste devant nous une famille de Serbo-Croates qui n'avance pas car c'est tout un déménagement à chaque mètre. Il faut dire qu'avec trois enfants de 1, 5 et 7 ans ça en fait des affaires à emporter. Enfin l'on se rendra compte au dernier moment qu'ils ne parlent pas un mot de français et qu'ils baragouinnent vaguement quelque chose qui ressemble un peu à de l'anglais avec un mélange de portugais et de moldave. Le pauvre guichetier a beau avoir marqué "English spoken" sur le paneau lumineux au dessus de sa vitrine, il lui faudra quand même un certain temps avant de parvenir à établir le contact avec ce père qui tente de réserver ses billets tout en expliquant à sa femme que
Я клду воду в пакет задней части девушки, и камера находится в вашем
Diviser pour mieux régner. Si vous comptez allez à la gare pour acheter votre billet et partir dans la journée : réveillez vous de bonne heure.

La borne libre service
Les bornes libre service sont les trucs jaunes et moches qu'ils ont installés dans les gares. Si vous habitez dans une ville de la taille de Figeac, ce n'est pas la peine de les chercher, elles ne sont pas arrivées jusque là, et vous pouvez sauter directement au paragraphe suivant puisque celui là ne vous servira pas.

Pour tous les autres, sachez que les bornes libre service suivent elles aussi la dure loi du diviser pour mieux régner. En général, 17 % des bornes sont éteintes ; 7,3 % affichent un message d'erreur du système d'exploitation que, pour ne pas nommer, nous appelerons Vasistas ; 3,6 % sont perdus sous un amoncellement de gens qui essayent de faire comprendre à la mamie qui pue comment ça marche ; et les 72,1 % restants sont pris d'assauts pas les gens qui ont craqué alors qu'il serpentaient entre les cordons bleus en espérant un jour arriver au guichetier.

La borne libre service propose de réserver votre billet avec une interface sobre et relativement soignée affichée sur un écran tactile. Le principal avantage de l'écran tactile est qu'il permet une grande intuitivité dans l'utilisation du logiciel. Son principal inconvénient est qu'il a trois chances sur quatre de ne pas fonctionner. Quand les gens auront compris qu'il n'est pas nécessaire de donner un coup de poing pour valider une option...

Le site internet
Puisque nous sommes au XXIe siècle, la SNCF propose également un moyen moderne de prendre son billet, sans même bouger de chez soi. Mais c'est en sous-entendant que chacun de nous dispose d'une connexion rapide.

Le premier piège est déjà de ne pas se tromper. Si la SNCF veut nous faire préférer le train, ça ne l'empêche pas de nous vendre des billets d'avion, de nous réserver des voitures de location ou même des hotels.

Après s'être assuré que l'on réservera bien pour des voyages en train, il faut encore indiquer les gares de départ, d'arrivée, et les dates des voyages. Deuxième piège : la saisie des noms de villes. Si vous voulez aller à Besançon ou Montélimar, méfiez vous des accents et cédilles... Le site risque de comprendre BESANçON et de vous envoyer en slovaquie. Pour éviter les problèmes de ce genre, pensez donc bien à écrire vos noms de ville en majuscule et sans caractères accentués.

Si le petit calendrier n'a pas planté au moment de choisir la date, vous pouvez alors choisir l'heure de votre train parmi les propositions faites ainsi que votre position dans le train.

Vous pouvez ensuite décider de retirer votre billet au guichet, auquel cas vous pouvez relire le deuxième paragraphe ; décider de le retirer en borne libre service, auquel cas vous pouvez relire le troisième paragraphe ; ou décider de ne pas le retirer du tout finalement, vous avec juste fait tout ça pour jouer un peu sur internet [7].

On vous demande ensuite vos coordonnées et une adresse mail valide pour pouvoir vous envoyer plein de merde superbes offres exceptionnelles. Et c'est enfin le moment du payement. En général, c'est à ce moment là qu'on comprend pourquoi il est préférable d'avoir une connexion rapide : bien souvent, vous retombez sur la page d'accueil et elle vous dira :
En l'absence prolongée d'action de votre part, nous avons été contraints d'interrompre votre navigation

Finalement, vous avec fait tout ça pour rien, vous ne savez même pas s'il à retenu que vous vouliez partir, et vous ne savez pas non plus si, finalement, il s'est servi ou non sur votre compte banquaire.
_

Finalement, la voiture, ça prend un peu plus de temps, mais en co-voiturage, c'est sympa, et comme on partage les péages c'est pas forcément plus cher. Au moins, on sait où elle est garée, et on n'a pas besoin de lui expliquer trois jours à l'avance où on veut aller.
_

Notes du bas de la page (ou un peu avant)
[1] Ils iront le justifier comme ça...
[2] Hélas ! non exhaustive...
[3] Avec La Poste et France Télecom.
[4] Alors qu'un simple Select From Where suffirait.
[5] Puisqu'on est à Brive-la-Gaillarde...
[6] Après tout, elle fait aussi partie de l'Europe.
[7] Ils appellent ça "poser une option".
Commentaires battus
Pas encore de commentaire !
N'hésite pas à dire ce que tu penses ! (non pas ça)

Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :
      © nazejournal.com
            depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui
                                        nazejournal.com, hop.
et aussi | liens | à propos | photos | le coin perso | TP131OnTheWeb